Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Tourisme > Où aller ? > Montagnes > Trebevic renaît de ses cendres

Trebevic renaît de ses cendres

par Zdenka Brajkovic   Partagez sur FacebookTwittez cette information

Trebevic, revivra-t-il un jour son ancienne gloire de lieu de détente privilégie des Sarajéviens ? L'espoir renaît avec l'ouverture du pension Napredak et la reconstruction prochaine des télécabines reliant en direct le centre-ville de Sarajevo avec Trebevic.

A Sarajevo, ville olympique, on aime se rendre à la montagne été comme hiver. Ces dernières années, on fréquente beaucoup les monts environnants de Bjelasnica, Igman et Jahorina et on oublie presque qu’il y a vingt ans seulement, la montagne la plus aimée, la plus proche et la plus fréquentée des toutes, ce fut Trebevic.

Une montagne mythique qui se dresse sur une altitude de 1.000 mètres où dorment, en toute tranquillité, des forêts de sapins. C’est ici, avec une vue imprenable de Sarajevo, qu’on aimait venir retrouver un peu de fraîcheur en été et faire une escapade en hiver pour fuir Sarajevo pollué, englouti dans l’océan de brouillard. Pour les habitants de la capitale bosnienne, cette montagne signifiait la vie. Beaucoup d’entre eux, surtout parmi les anciens qui gardent encore des souvenirs d’enfance de Trebevic, se sentent orphelins de ce symbole totalement détruit pendant la guerre.

« On nous a volé notre montagne. La guerre nous a appauvrie d’encore une référence. Sarajevo sans Trebevic ne sera jamais une ville aussi charmante et belle », commente une Sarajévienne avec nostalgie. Cela fait vingt ans que Trebevic règne en solitude au-dessus de Sarajevo, témoin de tout ce qui s’y passe, de bon comme de mauvais. C’est d’en bas, depuis la ville, que les Sarajéviens le connaissent désormais car Trebevic, on le voit nécessairement de n’importe quel coin de Sarajevo. Mais est-ce que Trebevic revisitera jamais de nouveau les vies des Sarajeviens ? La question reste posée.

Trebevic

Dans les locaux rénovés du pension de l’association culturelle Napredak, propres et très accueillants, situés à seulement 20 minutes de Sarajevo, le gérant du restaurant Dragan Mihajlovic accueille les quelques rares touristes avec sourire et bienveillance. « Cela fait un an que nous avons ouvert cet établissement qui dispose de 39 lits. Nous disposons d’un terrain de 28 hectares avec de très belles promenades, sécurisées et sans mines. Le prix de 40 euros pour la pension complète est assez correct. Actuellement, nous avons 8 invités et les sportifs qui s’entrainent, car l’attitude leur convient parfaitement », explique-t-il. Et de rajouter que les chiens sont admis, ce qui est encore rare dans la plupart des hôtels et pensions en Bosnie et Herzégovine.

Toutefois, les Sarajévens sont encore méfiants et s’aventurent rarement jusqu’ici, profiter de la vue, de l’air pur et de l’excellente cuisine traditionnelle qu’offre l’établissement : ustipci, kajmak, pura... « Ils hésitent. Les démons de guerre sont toujours présents. Quand ils viennent, les premières questions qu’ils nous posent, c’est à qui appartient ce territoire, à la Republika Srpska ou à la fédération bosno-croate », commente Dragan Mihajlovic. On reste souvent surpris d’apprendre qu’ici on appartient administrativement à la mairie de Vielle ville de Sarajevo, c’est dire comme on est tout proche de la ville, tout en étant pas loin de Jahorina, qui possède le domaine skiable le plus grand du pays. Pour les touristes, c’est un atout indéniable. Néanmoins, ici, on ne le cache pas, le premier objectif reste celui de rendre Trebevic aux Sarajéviens.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualisé le 18/04/2017 Connexion S'abonner Boutique en ligne BIH
Suivez-nous Flux RSS Abonnement newsletter Suivez nos tweets Suivez-nous sur Facebook

Agenda

Idées

25 ans après, il faut un nouveau plan pour la Bosnie

Il y a tout juste 25 ans éclatait la guerre en Bosnie. Il est temps d’envisager un Dayton II pour offrir un avenir à ce pays, écrivent Wolfgang Petritsch et Christophe Solioz 1