Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Boutique en ligne > LIVRES > Shéhid

Shéhid

vendredi 2 novembre 2012 par BH Info   Partagez sur FacebookTwittez cette information

Roman de Zilhad Ključanin... Capturé par les tchetniks, enfermé dans un camp de concentration, égorgé au cours d’une tentative d’évasion, le narrateur prend sa tête sous son bras et se met en route vers sa terre natale, où il pourra la déposer.

Shéhid

Acheter
Roman de Zilhad Ključanin

Prix : 23,00 EUR

(Frais d’envoi inclus)

Editons M.E.O.

Roman, 2011

Titre original : « Šehid », Ljiljan 1998 et Bosanska Riječ 1999

Traduit du bosniaque par Spomenka Džumhur et Gérard Adam

Nombre de pages : 280

ISBN : 978-2-930333-39-7

Livre

Capturé par les tchetniks, enfermé dans un camp de concentration, égorgé au cours d’une tentative d’évasion, le narrateur prend sa tête sous son bras et se met en route vers sa terre natale, où il pourra la déposer.
Il est devenu shéhid, mort pour la foi.
Chemin faisant, les souvenirs affluent : de son enfance à Trnova, petit village musulman qui fait de la résistance passive à la marche triomphale vers le socialisme, où religion, merveilleux, légendes et superstitions s’intègrent au quotidien le plus trivial, nous offrant une galerie d’anecdotes cocasses et de personnages truculents ; de la saga familiale séculaire ; de l’invasion des ultranationalistes, ex-voisins, amis, compagnons de travail fanatisés, qui, en 1992, massacreront tous les villageois, inventant pour chacun d’eux un supplice inspiré de ses qualités, ses défauts, ses manies…
Roman de témoignage et cri de révolte, tantôt picaresque et tantôt déchirant, passant de la chronique ethnologique à l’Histoire, du sourire à l’horreur, de la nostalgie à la rancœur, de la tendresse à une violence effroyable, de l’érotisme à la foi revivifiée par la souffrance.

Extraits

Beaucoup de voyageurs nous décrivaient comme des gens curieux, qui se tenaient sur le quai de la gare, les mains derrière le dos et sans rien dire. Ceux qui se risquaient à crier du train : « La chienne est en train de dévorer le burek 1 ! » sentaient et comprenaient très vite pourquoi nous étions bizarres et nous tenions les bras derrière le dos. Aussitôt, de nos mains jaillissaient des pierres, nous sautions sur le train et tirions le frein pour l’arrêter. Si nous avions la chance de découvrir tout de suite celui qui criait, nous nous contentions de le rosser ; sinon, nous démolissions le train. C’est pourquoi il y avait souvent à bord une escorte de policiers. Et l’on prétendait que, dès Sanski Most, le contrôleur avertissait tous les voyageurs, lorsqu’ils traverseraient Trnova, de ne crier en aucun cas : « La chienne est en train de dévorer le burek ! ».

La-chien-ne-dé-vo-re-le-bu-rek !

L’histoire de la chienne et du burek s’est passée il y a bien des années. Elle est restée longtemps notre secret. Son principal héros est Ćeman-effendi, qui, un jour, avant d’appeler du minaret les croyants à la prière de l’après-midi, avait dit à sa femme de mettre à la fenêtre la pita fraîchement cuite afin qu’elle refroidisse. Ćeman-effendi, gourmand réputé, escomptait que la pita serait bonne à manger pour la fin de l’office. Avec le burek dans les yeux, il a grimpé au minaret. Au moment précis où pour la deuxième fois il criait : « Allahu akbar ! » il a vu le limier femelle de Murat en train de manger sa pita. Il a sans doute compris qu’il était trop tard pour descendre du minaret et chasser la chienne et au lieu de « Eshedu en la ilahe ille-llah ! » il a crié : « Femme, espèce de mégère, la chienne est en train de dévorer le burek ! » Ainsi a-t-il crié, ainsi est-ce resté pour les siècles des siècles.

*

On ne rêve qu’environné des sonorités de la terre natale.
Le sommeil me manque. Je ne le connais plus, il m’est devenu un état étranger, je ne sais plus à quoi ressemblent son matelas ni sa couverture. J’ai pourtant besoin de sommeil pour y découvrir l’origine de mon sort funeste. Il me semble que je m’y réconcilierais avec ce que j’abandonne, l’air, ou les plantes. Avec les hommes, je me réconcilierai dans la mesure où la volonté d’Allah les réconciliera avec eux-mêmes.
La terre natale, c’est une compensation d’Allah pour la perte du paradis terrestre.
Je vois des arbres qui n’appartiennent pas encore à ma terre natale, mais dont les frondaisons tournées vers elle sont plus lumineuses et bruissent de sonorités familières. L’herbe se courbe devant mes pas, et c’est l’indication la plus sûre qu’il me faille suivre. Les fleurs, jusqu’à présent anonymes et sans parfum, commencent à dévoiler des syllabes de leur nom et distillent des bouffées odorantes, ou ne fût-ce qu’une rémanence. Je ne rencontre plus uniquement des pivoines ou des immortelles, mais apparaissent aussi des pétales auxquels je puis donner un nom familier : rose, jasmin, lis, lilas… Le ciel en fait reste gris et plissé comme un front d’infidèle, mais à l’horizon point une lumière qui, autrefois, coloriait de vert les yeux. Serait-ce l’espérance ? Je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est que sur la terre natale existent des couleurs auxquelles l’âme humaine peut se fondre. Sans la terre natale, le monde entier est étriqué, pareil à des langes trop serrés.
La terre natale s’étend aussi loin que résonne l’appel à la prière.
Mais, dans ma terre natale, ne résonne plus l’appel à la prière. Le dernier a marqué ses bornes, et il n’est plus personne pour s’en souvenir. Sous mes pieds, je sens la frontière de ma terre natale, comme si je passais d’un plateau de fer à un tapis tissé par des mains heureuses. Je souris, d’un sourire que je suis seul à voir, hormis Celui Qui voit tout. C’est bien, pensé-je, il se trouvera bien ici une voix ou un œil pour poser ma tête sur le sol. Ici, le seul pays en ce bas monde où je puisse déposer ma tête lumineuse.
Et l’on ne peut mourir qu’environné des sonorités de la terre natale.

L’auteur


Avant l’éclatement de la Yougoslavie, Zilhad Ključanin était un poète reconnu et plusieurs fois primé. Après la guerre, ses romans et recueils de nouvelles l’ont hissé au rang des plus importants écrivains bosniens contemporains, ce qui lui a permis de quitter sa fonction de professeur de littérature étrangère aux universités de Tuzla, Zenica et Bihać pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Ses œuvres ont été traduites dans une dizaine de langues.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualisé le 18/10/2017 Connexion S'abonner Boutique en ligne BIH
Suivez-nous Flux RSS Abonnement newsletter Suivez nos tweets Suivez-nous sur Facebook

Agenda

Idées

Kulin Ban s’invite au débat des intellectuels de Bosnie

Un peu par hasard, en septembre dernier, je découvre le débat autour du 828e anniversaire de la Charte de Kulin Ban. L'information, je la découvre dans un entrefilet du journal Oslobodjenje que je suis en train de feuilleter sur une terrasse située (...)