Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Tourisme > Où aller ? > Villes et Villages > Sarajevo, le Jérusalem de l’Europe

Sarajevo, le Jérusalem de l’Europe

  Partagez sur FacebookTwittez cette information

Ville mythique, plurielle, multiculturelle, Sarajevo, la capitale de la Bosnie-Herzégovine, est l'une des plus belles et plus importantes villes des Balkans.

Fondée par les Ottomans en 1461, Sarajevo est une ville unique au monde. Ville d’histoire, ville de culture, ville multiethnique, ville de quatre religions : musulmane, orthodoxe, catholique et juive. Occidental et oriental à la fois, c’est la ville qui a su allier sa modernité européenne à la douceur de vivre orientale, une vie sans stresse, plein de convivialité. A l’international, la ville de Sarajevo est surtout connue par l’épisode de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche, qui marqua le début de la Première Guerre mondiale. On se souvient aussi des Jeux olympiques d’hiver que la ville accueillit en 1984 et puis, plus récemment, du long siège de la ville entre 1992 et 1995. Mais Sarajevo ne se limite pas à ça, loin de là. Sarajevo est une ville généreuse, qui offre tant à voir et à vivre pour quiconque s’ouvre à elle. Rares sont ceux qui repartent déçus de cette ville mythique, la capitale et la plus grande ville du pays.

Habitée depuis le néolithique, la région de Sarajevo est successivement occupée par les Illyriens et les Romains à l’époque antique puis, depuis le 7e siècle à nos jours, par les Slaves. Du passé médiéval témoignent encore de nombreuses stèles funéraires, appelés stećak, et les restes de l’église Saint-Pierre, le siège de l’archevêché bogomile de la région Vrh Bosna. Les Ottomans s’emparent de la ville au 15e siècle. En 1461, le premier gouverneur ottoman de Bosnie, Isa-beg Isaković décide de fonder la ville, à l’emplacement de l’ancien village de Brodac. Le palais du gouverneur, Saray, finit par donner le nom actuel à la ville. Sous les Ottomans, la ville se développe et devient l’une des plus importantes de la région.

Sous l’impulsion de donateurs comme le bey Gazi Husrev, Sarajevo se dote d’une Sahat-kula (tour de l’horloge), d’une mosquée, d’une medressa (école coranique), d’une bibliothèque et d’une école de derviches. Sarajevo a également son propre système d’alimentation en eau, ses 110 fontaines, ses écoles... La ville a la réputation d’être l’une des plus évoluées d’Europe. En 1660, sa population est estimée à plus de 80.000 habitants, ce qui en fait la seconde ville de l’Empire ottoman après Istanbul. Une ville prospère et déjà multiculturelle. La population, principalement de confession bogomile (cathare) avant l’arrivée des Ottomans, s’est progressivement convertie à l’Islam. En même temps, une colonie de marchands de Raguse, l’actuel Dubrovnik, s’y installe dès le 15e siècle et ainsi que de nombreux chrétiens catholiques et orthodoxes.

Au 16e siècle, des Juifs séfarades, fuyant l’Inquisition en Espagne, viennent à Sarajevo et apportent avec eux une Haggadah rédigée au 14e siècle. Sarajevo, le petit Jérusalem, est déjà la ville des 4 religions. Au 17e siècle, l’Empire ottoman subit une défaite lors de la bataille de Vienne. En 1697, dans une attaque conduite contre l’Empire par le prince Eugène de Savoie, Sarajevo est brûlée. La ville est reconstruite en partie par la suite, mais la capitale de la Bosnie est transférée à Travnik et la ville ne retrouva plus jamais sa puissance d’autrefois même si elle reste marqué par une importante vie intellectuelle. Le Congrès de Berlin marque le début de l’occupation austro-hongroise. Sarajevo change de visage, s’industrialise et s’occidentalise, se dote d’un réseau de tramway et de l’éclairage électrique public. En 1910, Sarajevo a 52.000 habitants.


La tour du horloge | ©bhinfo

En 1914, le double assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et de son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg, à Sarajevo, déclenche la Première Guerre mondiale. Après la défaite de l’Autriche-Hongrie, à partir de 1918, Sarajevo fait partie du Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, gouverné par la dynastie serbe des Karađorđević, avec comme capitale Belgrade. En 1929, le royaume prend le nom de Royaume de Yougoslavie. Après la Seconde Guerre mondiale, Sarajevo devient la capitale de la République socialiste de Bosnie-Herzégovine, au sein de la République fédérale socialiste de Yougoslavie, puis en 1992, la capitale de la Bosnie-Herzégovine souveraine. Un autre évènement a profondément marqué l’histoire de la ville, le siège 1992-95 qui dura 1300 jours.

Vestige ottoman

Le quartier de Baščaršija L’essentiel des vestiges architecturaux ottomans sont concentrés dans ce quartier caractéristique de l’urbanisme turc, regroupant autour d’une fontaine des édifices religieux et de petits commerces. Construit pour l’essentiel au 16e siècle, Bascarsija abrite aussi des konaks (vastes résidences), des hans (caravansérails) et des bezistans (marchés couverts) ainsi que des mosquées dont les plus grandes sont la mosquée de Baščaršija, construite vers 1528, et la mosquée de Gazi Husrev-beg, édifiée en 1530, l’œuvre de le grand architecte turc Sinan. Cette mosquée est le centre d’un vaste ensemble architectural incluant la Sahat-Kula, la tour de l’horloge de Sarajevo, et d’autres édifices. Toujours dans le quartier de Baščaršija, l’église orthodoxe des Archanges Michel et Gabriel, mentionnée pour la première fois en 1539.

Kozija ćuprija Situé à environ 3 km à l’est de Sarajevo, le Pont de chèvres est le plus vieux pont de Sarajevo, il franchit d’une seule arche la rivière Miljacka.

Bijela tabija La Forteresse blanche, située sur les hauteurs de Sarajevo et visible du centre-ville. La forteresse est occupée depuis l’époque des Bogomiles.


Bijela tabija | ©bhinfo

Careva džamija La mosquée de l’empereur, construite une première fois en 1462 par Isa-beg Isaković, détruite par le despote serbe Vuk Grgurević et totalement reconstruite sous sa forme actuelle en 1566 sur l’ordre de Soliman le Magnifique en l’honneur du sultan Mehmed II le Conquérant.

Vieille synagogue Construite en 1580-1581, elle accueille aujourd’hui les collections du Musée juif de Bosnie-Herzégovine.

Sebilj Cette fontaine érigée au centre du quartier de Baščaršija en 1754 est surmontée d’un pigeonnier en bois.

Latinska ćuprija Le pont latin a été longtemps appelé le Pont de Princip en l’honneur de Gavrilo Princip qui a assassiné le prince héritier François Ferdinand à cet emplacement. C’est l’un des plus vieux pont de Sarajevo, bâti en 1565.

Turbe sedam braće Les tombes des 7 frères (1815) visibles par les 7 petites fenêtres. Pour voir vos voeux se réaliser, la légende veut qu’on dépose une pièce dans 7 overtures prévues pour. Une tradition encore respectée par les Sarajéviens.

Konak de Bistrik Construit entre 1867 et 1869 par le vizir Serif Topal Osman-Pacha, il accueillait jusqu’en 1918 les membres de la famille des Habsbourg. Aujourd’hui, il acceuille des réceptions et sert de résidence aux invités de la Présidence de la Bosnie-Herzégovine.

Svrzina kuća Dans le quartier de Ćurčića Brijeg, cette maison de bey a été construite au 18e siècles et aujourd’hui transformée en musée.

Cathédrale orthodoxe de la Nativité-de-la-Sainte-Mère-de-Dieu Construite de 1863 à 1868 par l’architecte Andreja Damjanov.

Vestige austro-hongrois

Cathédrale catholique du Cœur-de-Jésus Construite entre 1883 et 1889 par l’architecte Josip Vancaš, la cathédrale est dans un style néogothique. C’est le siège de l’Archidiocèse catholique romain de Bosnie.

Présidence de la Bosnie-Herzégovine Construit en 1884-1885 dans un style néorenaissance italien par l’architecte Josip Vancaš.

La Poste centrale Construite par l’architecte Josip Vancaš entre 1907 et 1909. Elle est le symbole architecturale de la domination austro-hongroise, faisant allusion à la grande banque postale de Vienne.


Vieux cimetière musulman | ©bhinfo

Théâtre national Construit en 1897-1898, conçu par Karlo Paržik

Eglise évangélique Construite en 1898-1899 dans un style néobyzantin, qui abrite aujourd’hui l’Académie des beaux-arts.

Synagogue ashkenaze Construite en 1902 dans un style néo-mauresque. C’est la seule synagogue de Sarajevo toujours active.

Vijecnica - Hôtel de ville Hôtel de ville jusqu’à la Première Guerre Mondiale, le bâtiment est transformé en Bibliothèque nationale, la plus grande des Balkans : 1,5 millions de livres dont 155.000 rares et 478 manuscrits. Ce bâtiment construit par Alexander Wittek, et achevé par Ćiril Iveković (1864-1933), est caractéristique du style néo-mauresque. Incendiée en 1992, elle est encore en cours de rénovation.

Maison Despić Sorigine remonte au 18e siècle, construite dans un style traditionnel ottoman, a pris son aspect actuel en 1881 ; elle abrite aujourd’hui un département du Musée de Sarajevo.

A visiter

Zemaljski Muzej Le Musée national de Bosnie-Herzégovine est le plus important de la ville, créé en 1888 et installé dans ses locaux actuels en 1913. Ses activités se répartissent en 4 unités principales : archéologie, ethnologie, science naturelles, bibliothèque. Une des pièces maîtresses du musée est la Haggadah de Sarajevo, une Haggadah rédigée à Barcelone vers 1350 et ornée d’enluminures.

Musée de Sarajevo Créé en 1949, il se compose de cinq ensembles : le Brusa bezistan, un marché couvert d’un dôme et construit en 1551, la Svrzina kuća, une maison construite aux 18e siècle, la Despića kuća, dont les parties les plus anciennes remontent au 17e, le Musée de Sarajevo 1878-1918, qui rassemble des collections sur la période austro-hongroise de la ville et sur l’attentat de Sarajevo, et le Musée juif de Bosnie-Herzégovine, installé dans la plus ancienne synagogue de la ville.

Musée Ars aevi Le musée d’art contemporain créé en 2002.

Musée austro-hongrois Consacré à la période austro-hongroise, situé juste en face de l’endroit d’où le prince François Ferdinand a été assassiné.

Institut bosniaque Créé par la Fondation Adil Zulfikarpašić, le Bosnjacki kulturni centar dispose de nombreuses collections d’art des artistes bosniaques.

Musée d’Histoire de Bosnie-Herzégovine Créé en 1945, il rassemble environ 300 000 objets couvrant toute l’histoire du pays.

Tunnel de siège Creusé pendant le siège de Sarajevo sous une petite maison afin d’approvisionner la ville, le tunnel se visite aujourd’hui. D’une longueur de 800 mètres, il passe sous l’aéroport, reliant le quartier de Butmir avec...

Dans les environs

Située dans une vallée à une altitude de 500 mètres, la ville est entourée de forêts et de cinq montagnes. Autant dire que Sarajevo est une ville dans la nature.

Ilidza Au pied du mont Igman, la commune d’Ilidza, un faubourg de Sarajevo accessible en tramway municipal. Les sources de la rivière Bosna (Vrelo Bosne) qui s’y trouvent et les environs sont habités depuis le néolitique. Les vestiges romains sont aussi nombreux. Ilidza, c’est le quartier préféré de la haute société de Sarajevo, les plus belles villas sont situées dans la très belle grande allée (Velika Aleja) plantée en 1894 de châtaigniers qui s’emprunte aussi bien en calèche qu’à pied. Sa vocation de villégiature et de station thermale a été créée par les Austro-Hongrois et de nos jours, les Sarajéviens adorent se promener par ici le weekend en famille.

Skakavac A une dizaine de kilomètres de Sarajevo, près du village de Nahorevo, le site de Skakavac offre un spectacle grandioise des chutes d’eaux d’une hauteur de 98 mètres qui dominent la vallée de la Vogosca. Bjelasnica, le mont blanc Situé à 20 minutes de la ville, Bjelasnica est une station de ski olympique mais c’est aussi une montagne où il fait bon de se promener, découvrir les villages authentiques de montagnes comme Lukomir, Umoljani ou Sabici ou encore admirer l’un des plus beaux canyons de Bosnie-Herzégovine, celui de Rakitnica.

Jahorina A 15 minutes de Sarajevo, Jahorina est la plus grande station de ski de la région.

Rakitnica, le canyon le plus sauvage au monde C’est peut-être le canyon le plus sauvage du monde.

Bijambare, complexe des grottes Le complexe de 8 grottes remarquablement aménagées et une nature de moyenne montagne et de forêt.

Visoko, la vallée des pyramides A 30 km de Sarajevo, la ville de Visoko propose une exploration de trois pyramides supposées. Des éléments troublants appuient le thèse sur l’existence des pyramides mais scientifiquement, tout est encore à prover. Le mystère reste entier.

Les Sarajéviens célèbres

Sarajevo a vu naître de nombreuses figures célèbres au cours de son histoire. Parmi les écrivains, le plus connu, c’est le prix Nobel de littérature Ivo Andrić (1892-1975), qui a notamment écrit Le Pont sur la Drina. Parmi les autres écrivains, on peut aussi citer Aleksandar Hemon, Miljenko Jergović ou encore Abdulah Sidran, qui a écrit des scénarios pour le réalisateur Emir Kusturica, lui aussi un Sarajévien. Sarajevo est également la ville natale des réalisateurs Danis Tanović et Jasmila Žbanić. Autre enfant du pays : Goran Bregovic

Sport et LoisirsManifestationTourismeOù dormir et manger ?
Randonnée et Sport Extrême Les Nuits Bascarsija (juillet) Offices Tourisme Sarajevo Hôtels
Chasse et Pêche Sarajevska Zima (février) Agences de tourisme Gastronomie
Rafting Sarajevo Film Festival (juillet) Sarajevo Est Hôtels
MESS (octobre)
Jazz Festival (novembre)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualisé le 16/06/2017 Connexion S'abonner Boutique en ligne BIH
Suivez-nous Flux RSS Abonnement newsletter Suivez nos tweets Suivez-nous sur Facebook

Agenda

Idées

Miss Bosnie d’Australie 1999

A la veille de l'élection présidentielle en France, j'ai envie de vous raconter l'histoire de deux publications issues de la diaspora bosnienne. Le premier est publié à Melbourne en 1999 et retrace l'historique de l'émigration de Bosnie-Herzégovine (...)