Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Culture > Livres > Rencontre | L’avancée de la nuit | Jakuta Alikavazovic

Rencontre | L’avancée de la nuit | Jakuta Alikavazovic

lundi 18 septembre 2017 par BH Info   Partagez sur FacebookTwittez cette information

Depuis 2012 et « La Blonde et le Bunker », nous l’attendions avec impatience : Jakuta Alikavazovic est de retour ! Son nouveau roman, « L’avancée de la nuit » (Ed de L’Olivier), est un des événements de cette rentrée : un livre magnifique et fascinant, que nous vous invitons à venir découvrir !


Jakuta Alikavazovic est née en 1979 à Paris. Ancienne élève de l’École normale supérieure de Cachan, elle a séjourné aux États-Unis, en Écosse et en Italie. Elle a participé au projet « 5 mn avant l’aube », performance réalisée au jardin des Doms pendant l’édition 2006 du festival d’Avignon. Son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé Histoires contre nature, obtient en 2007 la Bourse écrivain de la Fondation Lagardère. La même année elle publie Corps volatils, couronné par le prix Goncourt du Premier Roman en 2008. Elle reçoit en 2012 la mention spéciale du prix Wepler pour La Blonde et le Bunker. Elle écrit par ailleurs des livres pour la jeunesse publiés à l’École des loisirs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualisé le 12/10/2017 Connexion S'abonner Boutique en ligne BIH
Suivez-nous Flux RSS Abonnement newsletter Suivez nos tweets Suivez-nous sur Facebook

Agenda

Idées

Kulin Ban s’invite au débat des intellectuels de Bosnie

Un peu par hasard, en septembre dernier, je découvre le débat autour du 828e anniversaire de la Charte de Kulin Ban. L'information, je la découvre dans un entrefilet du journal Oslobodjenje que je suis en train de feuilleter sur une terrasse située (...)