Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Tourisme > Où aller ? > Villes et Villages > Jablanica : Le pont symbole de la bataille de la Neretva bientôt (...)

Jablanica : Le pont symbole de la bataille de la Neretva bientôt restauré

par BH Info   Partagez sur FacebookTwittez cette information

Le musée de la célèbre bataille de la Neretva à Jablanica conserve des souvenirs de l'une des batailles majeures contre l'occupant allemand durant la Seconde guerre mondiale en Yougoslavie. Inauguré en 1978 par le maréchal Tito, le musée attirait des millions de visiteurs qui venaient traverser le pont symbole de la bataille. Mais depuis que la Neretva en crue a emporté le pont en 1991, les visites sont en berne. La restauration du pont, très attendu à Jablanica, est prévue en 2016.

La bataille de la Neretva, qui s’est déroulée en février/mars 1943, a opposé à Jablanica les résistants yougoslaves aux forces conjointes allemandes, italiennes, oustachi et tchetniks. Pour les Partisans, sous les ordres de Tito, le but de cette bataille était de stopper l’invasion allemande en Yougoslavie mais aussi de sauver plus de 4 000 blessés.

Pour anéantir la résistance des unités de Partisans de Tito qui avaient formé une vaste zone libre dans les parties occidentales de la Yougoslavie, en Bosnie et en Croatie, connue sous le nom de « République de Bihać », les Allemands ont lancé l’opération Weiss, considérée comme la quatrième offensive anti-Partisans. Tito, conscient que les Partisans, mal armés et inférieurs en nombre et en équipement, ne seraient pas capables de défendre ce grand territoire libre, a ordonné à ses troupes de ne pas attaquer l’ennemi de manière directe mais de mener des combats de guérilla, en attaquant sur les flancs et à l’arrière des troupes ennemies, afin de tenter de les contenir", explique Ćamil Cero, directeur du musée de la bataille de la Neretva, à Jablanica.

Tito n’abandonnera pas les blessés

Sur le territoire libre de la république de Bihac, quatre grands centres hospitaliers soignaient près de 4 000 résistants malades et blessés. Refusant de les abandonner, le maréchal Tito a ordonné de les amener malgré les conditions très difficiles liées à leur transport sur un terrain très accidenté et au froid glacial de l’hiver. La colonne sera rejointe également par environ 80 000 civils qui se mettront également en marche en direction de la vallée de la Neretva.

Fin février 1943, des unités de Partisans, des blessés et des civils se retrouvent encerclés dans la vallée du fleuve Neretva, à Prozor. Après avoir essuyé un premier échec, les Partisans réussissent à libérer la ville le lendemain puis, trois jours après, le 22 février 1943, ils reprennent aussi la ville de Jablanica mais à Konjic, leur avancement est stoppé.

Dans les rangs des Partisans, le typhus fait des ravages. Tito peut compter sur quelque 20 000 hommes mais ils sont entièrement encerclées de tous les côtés, par les Allemands, les Italiens, les Tchetniks et les Oustachis. Une situation sans issue à laquelle le commandant en chef yougoslave décide de répondre en ordonnant la démolition de tous les ponts sur le fleuve Neretva.

C’était une ruse très originale, une stratégie qui, à bien des égards, est un exemple unique dans l’histoire de la guerre permettant aux Partisans de remporter une victoire sur un ennemie expérimenté et bien supérieur en nombre. La stratégie et la tactique militaire, mises en oeuvre lors de la bataille de la Neretva, sont par ailleurs enseignées dans les académies militaires à travers le monde.

L’ennemie sera dupé

« En ces temps difficiles, Josip Broz Tito a ordonné la destruction de cinq ponts. Le commandement des forces allemandes était alors convaincu que les Partisans et les blessés n’iraient pas vers l’est, par la Neretva, mais au nord, dans la vallée de la rivière Vrbas. De fait, la majorité de leur contingent fut concentré dans la vallée de la Vrbas. Cependant, les Partisans effectuent une percée dans les lignes ennemies, non pas là où on les attendait, mais à Jablanica », explique Ćamil Cero, directeur du musée de la bataille de la Neretva, à Jablanica, dans le sud de la Bosnie-Herzégovine, où l’opération Weiss connaîtra son point culminant lors de la bataille de la Neretva.

Le pont de Jablanica, un ouvrage austro-hongrois construit en 1888, a été détruit par les Partisans à l’aube du 3 mars 1943. Suite à cette destruction, les Partisans construisent un pont de fortune en bois, à l’endroit même où se trouvait le premier. C’est par là que les blessés ont pu traverser le fleuve.

« Les Allemands, informés que les Partisans traversaient à cet endroit, ont dirigé leurs troupes vers Jablanica mais ils arriveront avec deux jours de retard. Lorsque le 17 mars 1943, ils entrent à Jablanica, ils n’y trouvent aucun Partisan ou blessé et découvrent les restes du pont en bois, incendié. En effet, lorsque les Partisans ont terminé leur traversée du fleuve, le pont en bois a été brûlé tandis que les armes et les camions ont été jetés dans la Neretva », indique M. Cero.

Tito a ordonné ensuite le redéploiement vers le nord, à 40 kilomètres de Jablanica. Du 3 au 5 mars, les Partisans ont réalisé la célèbre contre-attaque près de Donji Vakuf, en repoussant les Allemands et les fascistes vers la vallée de la rivière Vrbas.

Autour de Tjentište, on recrée un nouveau territoire libre, théâtre d’une nouvelle offensive et de la bataille de Sutjeska.

Le film « La bataille de la Neretva », le plus cher jamais réalisé en Yougoslavie

Stationnés à Jablanica, les Allemands vont réaliser un nouveau pont ferroviaire, en seulement six mois. Jusqu’en 1966, une ligne de chemin de fer étroite le traversait. Cependant, une nouvelle ligne de chemin de fer sera construite et l’ancien pont ferroviaire servira pour le tournage du film « La bataille de la Neretva » de Veljko Bulajić, réalisé en 1969, nommé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. C’est donc pour les besoins du film qu’il sera détruit en 1968. Jusqu’en automne 1991, on pouvait néanmoins le traverser et pour des milliers de visiteurs qui l’empruntaient, c’était une expérience unique.

« Le film a été tourné en deux ans et a été le plus cher jamais réalisé en ex-Yougoslavie. L’affiche du film a été l’oeuvre de Pablo Picasso. Toutefois, il est intéressant de noter que le pont a été démoli pour les besoins du film mais que des maquettes ont été utilisées pour cette scène, car les rushs n’étaient pas exploitables », précise le directeur du musée de la bataille qui en dix premières années de son existence, de 1978 à 1988, enregistrera plus de 3 millions de visiteurs.

En 1991, la Neretva en crue a emporté les restes du pont. « Déjà à ce moment-là, la direction du musée militait pour la reconstruction du pont afin que les visiteurs soient en mesure de le traverser. Malheureusement, la guerre a éclaté en Bosnie, les activités ont cessé, et voici plus de 20 ans que cette « lutte » est menée. Aujourd’hui, on voit enfin arriver un projet majeur et la compagnie générale bosnienne d’électricité devrait travailler sur la reconstruction du pont dès l’année prochaine. Tout le monde bénéficiera de la restauration du pont, la restauration, le commerce et la municipalité de Jablanica. L’enjeu est d’envergure », annonce Cero.

Dans les années d’après-guerre, l’exposition de la bataille a été restaurée mais en raison du pont en ruines et de la perte d’un symbole de la célèbre bataille de la Neretva, le nombre de visiteurs après la guerre était bien moindre qu’avant bien que leur nombre augmente progressivement, année après année.

« Aujourd’hui, nous avons environ 20 000 visiteurs par an. Les plus assidus sont les Bosniens, nous avons également un grand nombre d’étudiants, mais nous avons aussi des visiteurs d’autres pays, notamment des Slovènes et des Turcs. Mais lorsque le pont sera reconstruit, ce nombre va considérablement augmenter. Pour les touristes le pont est l’élément le plus intéressant, c’est le symbole de la bataille de la Neretva », conclut Cero.


Anadolou Agency (AA)
traduit par Virginie Roy-Kotrčová

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.