Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Dossiers > Sarajevo deux fois olympique > EYOF : Cluster Montagne à la rescousse de Sarajevo

EYOF : Cluster Montagne à la rescousse de Sarajevo

mercredi 29 mars 2017 par Zehra Sikias   Partagez sur FacebookTwittez cette information

Grâce au financement FASEP de l’Etat français, le Cluster Montagne, via le consortium des sociétés Orex Loisirs et Egis, va mener une étude exhaustive sur la restructuration des anciens sites olympiques de Sarajevo et les perspectives de développement dans le cadre des European Youth Olympic Festival à Sarajevo en 2019.

JPEG - 1.2 Mo
Cluster Montagne, Pale

Pour la première fois depuis les Jeux Olympiques d’Hiver en 1984, trente cinq ans après, Sarajevo s’est vu confier l’organisation d’un grand événement sportif. Et pas des moindres car il s’agit d’organiser les JO d’Hiver de la jeunesse européenne : European Youth Olympic Festival. Un festival de taille qui comprend les épreuves de seize disciplines et sept sports : ski alpin, snowboard, ski de fond, patinage de vitesse et artistique, hockey sur glace et biathlon.

Tous les deux ans, l’EYOF réunit les meilleurs athlètes européens âgés de 13 à 18 ans, sélectionnés par les 49 comités nationaux olympiques européens. A Sarajevo, il devrait réunir environ 1 500 athlètes, contre 1 300 en 1984, et un nombre important de participants et visiteurs.

« Pour Sarajevo, l’EYOF est une opportunité en or pour renouer avec sa tradition olympique, se remettre sur la carte des compétitions sportives internationales et relancer son tourisme de montagne. C’est une occasion à ne pas manquer ! », explique Philippe Lebrasseur, président d’Orex Loisirs, membre de Cluster Montagne.

Ces arguments, Philippe Lebrasseur les martèle inlassablement lors de ses fréquents déplacements à Sarajevo. Une tâche compliquée et ingrate car les interlocuteurs bosniens impliqués dans l’organisation de l’EYOF sont très nombreux, du fait du système institutionnel de l’Etat bosnien ultra complexe. Canton de Sarajevo, Entité de Republika Srpska, Comité olympique de Bosnie-Herzégovine ou encore ZOI, société publique gestionnaire des sites olympiques de Sarajevo, sans oublier Institut de l’Urbanisme, des maires, des entrepreneurs privés… Un imbroglio administrative inimaginable dans lequel on se retrouve difficilement pour déchiffrer qui la responsabilité de tout et chacun.

Eviter de se prendre une nouvelle baffe

JPEG - 737.6 ko
Vincent Lapouble (Egis), Philippe Lebrasseur (Orex Loisirs), Thibaut Ceccaldi (Agence des territoires de montagne)

Comme l’ensemble de l’équipe de Cluster Montagne, un cluster au renommé mondial qui rassemble les meilleurs spécialistes français de la montagne, Philippe Lebrasseur craint le pire : l’annulation pure et simple de l’EYOF Sarajevo 2019, un scénario déjà vu pour l’EYOF 2017, initialement confié à Sarajevo avant de lui être retiré. En cause, une mauvaise préparation. Mais deux ans après, la ville n’a encore rien fait pour se rattraper et laver son honneur en 2019.

« Ce n’est pas l’investissement qui est fait qui va permettre d’organiser l’événement. Sarajevo doit absolument éviter de se prendre une nouvelle baffe et rater l’organisation en 2019 », commente Philippe Lebrasseur.

Huit ans après les JO de Sarajevo, la guerre a ravagé la Bosnie-Herzégovine et notamment sa capitale, assiégée durant quatre ans. L’ensemble des infrastructures olympiques a été lourdement endommagé. Depuis, la ville se remet difficilement. Certes, des investissements ont été réalisés pour relancer les deux principales stations de ski aux alentours de Sarajevo - Bjelasnica et Jahorina - où de nombreux hôtels et appart-hôtels ont notamment poussé, toutefois, aucun investissement n’a été fait pour remettre à niveau des installations pour les compétitions sportives.

Pour réussir l’EYOF 2019, l’étude menée par Cluster Montagne, qui a bénéficié de 442 500 euros d’aide de la France, doit permettre de réaliser un état d’avancement des préparations mais aussi d’évaluer les enjeux à venir dans le secteur touristique. La première priorité est d’investir dans la rénovation et le développement des infrastructures pour augmenter les capacités d’accueil des stations, en plus de la reconstruction des équipements olympiques et arènes, en particulier des remontées qui doivent être adaptées aux nouveaux standards. Par ailleurs, la ville doit mettre en place un centre de presse, un village olympique et organiser des liaisons de transport. Au total, il s’agit d’un investissement de 30 millions d’euros à Jahorina, Bjelasnica et Igman.

Cycle d’économie long pour assurer la rentabilité des stations

JPEG - 775.9 ko
Cluster Montagne, Sarajevo

Toutefois, au delà de l’organisation de l’EYOF 2019, l’étude de Cluster Montagne va chercher à analyser les perspectives pour le développement durable du tourisme de montagne à Sarajevo.

« Les stations d’hiver autour de Sarajevo sont déficitaires, en particulier parce que la saison ne dure que quatre mois. Grâce à une expérience de plus de 60 ans, nous avons compris en France que pour assurer la rentabilité des stations, il fait mettre en place un cycle d’économie long, soit une saison allant du décembre au septembre », souligne Jean-Philippe Monfort, responsable du développement international de Cluster Montagne.

Dans ce contexte, il est nécessaire de développer des infrastructures pour pratiquer la montagne en été, comme en hiver, et d’élargir l’offre touristique de montagne de Sarajevo aussi sur les montagnes de Trebevic et Treskavica.

L’étude sera finalisée en août 2017 et pourrait aider de sensibiliser les opérateurs français sur la renaissance des sites olympiques. En compagnie du président d’Orex Loisirs, le nombre d’entre eux s’est déplacé à Sarajevo pour établir les premiers contacts parmi lesquels l’Agence des territoires de montagne, le groupe MND, Egis et CNA.


par Zehra Sikias

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualisé le 16/06/2017 Connexion S'abonner Boutique en ligne BIH